gallery/imageedit_2_5896548710

....6 mois de voyage à moto en Amé​rique du Sud....

Bienvenido a Chile

Après 18h de vol avec Swiss et LAN et une escale à Sao Paulo, nous arrivons à Santiago. Un voyage en bus et en métro nous permet de rejoindre le bureau de la CONAF pour obtenir notre pass annuel (voir Chili-divers). Nous reprenons ensuite le métro et un bus pour atteindre Valparaiso.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Un peu perdus, nous souhaitons prendre le métro pour nous approcher de notre B&B. Impossible de l’emprunter sans acheter une carte de base à 1000 pesos. On nous conseille de nous rabattre sur les Micro (on a d’abord compris Migros…. No comment). Les micros sont des bus verts ou oranges, qui roulent à toute vitesse et desservent toute la ville. En bons touristes nous observons la scène : Se placer au bord de la route, repérer le micro désiré (chacun son numéro et son abréviation de quartier), le héler, monter dedans alors qu’il est à peine à l’arrêt, payer son ticket au chauffeur (qui a déjà redémarré en trombes) et finalement se présenter à l’avant lorsque l’on souhaite sortir….. Bon…. Mais c’est lequel le nôtre ??

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous demandons à un passager qui vient de sortir. Très aimable (comme tous les Chiliens rencontrés jusqu’à présent), il attend avec nous notre bus et demande au chauffeur de nous prévenir lorsque nous arriverons à notre arrêt. Le trajet est plutôt sport… démarrage pied au fond, coups de klaxon à tout-va et plantage de freins pour s’arrêter… inutile de préciser que les portes sont ouvertes la majeure partie du temps (gain de temps pour éjecter et ramasser des passagers). La chauffer nous avertit de notre arrêt, nous sortons. GPS en main, nous rejoignons le B&B Casa de Henao (que nous recommandons fortement) après une montée éprouvante… Valparaiso possède 42 collines, nos mollets s’en souviendront !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le lendemain, visite de la ville, il est encore trop tôt pour récupérer nos motos. Valparaiso est décrite comme une ville bohème. Habitué à notre Suisse très propre et très carrée, nous voyons ici un joyeux foutoir coloré !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après plusieurs heures à arpenter la ville et ses collines, nous nous offrons un tour en Trolley Bus pour une somme dérisoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous rejoignons notre B&B grâce à un ascenseur datant de 1892 (la date est juste !) pour moins d’un franc suisse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En fin de journée, installés dans notre chambre, la terre tremble….. en moins de 2 secondes, Estelle est habillée et déjà sortie dans le couloir…. Adrien n’a pas bougé…. Après espionnage des voisins (qui continuent à regarder la télé), il semble que tout soit « normal ». Une recherche Internet nous permet de découvrir que nous venons de vivre une secousse de 5.1, ressentie à 4.0 à Valparaiso. Il faudra que l’on s’y habitue, la terre tremble tous les jours au Chili.


Mercredi 27 juillet, nous récupérons nos motos avec l’aide de Martina et Enzo (Villa Kunterbunt).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La plupart des documents ont déjà été remplis par Enzo. Un passage au bureau des douanes pour apposer notre signature sur un document d’importation temporaire et nous rejoignons un « port sec » à 20 km de la ville. Il nous faut attendre l’ouverture du bureau de douane local pour obtenir l’autorisation d’ouvrir notre caisse, qui a été sortie du container hier. La voilà !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le fond est défoncé et l’autocollant anti-choc a disparu. A l’intérieur, rien n’a bougé, tout est en parfait état ! Nous déballons le tout et chargeons la caisse sur le pick up d’Enzo qui la gardera durant 6 mois ! Le seul contrôle officiel sera une vérification des numéros de châssis par le responsable des douanes. Merci à Martina et Enzo pour leur aide. Il est sans doute possible de dédouaner seul sa moto, mais l’administration chilienne semble tout de même tordue. Pour 320 €, nous récupérons nos motos en moins de 5 heures !

 

Retour en ville et dernière nuit au B&B, nos motos dorment dans le garage ! Départ le lendemain en direction du désert d’Atacama !
 

gallery/img_6443
gallery/img_6563 (copier)
gallery/img_6768 (copier)
gallery/img_6544 (copier)
gallery/img_6548 (copier)
gallery/img_6576 (copier)
gallery/img_6578 (copier)
gallery/img_6584 (copier)
gallery/img_6663 (copier)
gallery/img_6643 (copier)
gallery/img_6582 (copier)
gallery/img_6511 (copier)
gallery/img_6565 (copier)
gallery/img_6461 (copier)
gallery/img_6757 (copier)
gallery/map