gallery/imageedit_2_5896548710

....6 mois de voyage à moto en Amé​rique du Sud....

Ruta 40 et région des Lacs

Jeudi 3 novembre 2016, nous repartons à l’assaut du col Los Libertadores pour atteindre l’Argentine. Cette fois-ci, nous nous équipons en conséquence : habits chaud et gants d’hiver.

Après quelques kilomètres, premier arrêt pour faire le plein. Estelle sent une odeur bizarre en provenance de sa moto. Une drôle de fumée s’échappe….. après inspection, nous découvrons que le cache du ventilateur du radiateur s’est dévissé et est tombé sur le collecteur d’échappement…. Le plastique a fondu….. impossible à remettre, la pièce finira à la poubelle. Vive les vis BMW qui se dévissent toutes seules ! Quelle M !!

 

Nous reprenons la route et atteignons une face raide où les virages en épingles s’enchainent. Estelle ne remarque pas la tâche de gasoil laissée par un camion. A la sortie d’un virage, elle accélère sur le gasoil et c’est la chute. La moto glisse sur le goudron et fais un demi-tour, Estelle ne lâchera le guidon qu’une fois la moto arrêtée. Très rapidement, des automobilistes s’arrêtent et viennent l’aider. Très grosse frayeur et douleur au tibia gauche (une grosse bosse multicolore !). Adrien n’a rien remarqué, il était loin devant. Après un rapide check à la moto, Estelle repart très lentement. Le trafic est important sur cette route et cette chute aurait pu très mal finir. Peu avant la frontière, nous faisons un arrêt pour vérifier plus à fond l’état de la moto et de la pilote, qui verse quelques larmes, encore secouée par cette gamelle aussi violente qu’inattendue. La moto est bien râpée et le bouton du clignotant est cassé (casse plus qu’improbable). Il manque un bout de plastique, mais le bouton est toujours fonctionnel. Les habits motos ont fondu par endroit mais ne sont pas troués. Le casque et le sac à dos sont râpés. Rien de bien grave, nous repartons.

 

Arrivés au col, il fait grand soleil et 15°C, cela nous change d’il y a 3 jours. Nous entrons dans le bâtiment de la douane (qui n’est pas le même que pour l’entrée au Chili). Ici, tout est très bien organisé. Il ne nous faudra que 45 minutes pour faire tamponner nos passeports et obtenir de nouveaux documents d’importation temporaire pour les motos.

Nous entamons ensuite la descente et rejoignons le village de Cacheuta. Nous passons la nuit au camping.

 

Le vendredi, nous enfilons nos maillots de bain et filons aux bains thermaux, situé à 50 mètres de notre tente. Les bassins sont très nombreux, répartis en plusieurs niveaux et séparés par de la végétation. La température de l’eau varie en fonction des bassins. En bas de la colline, un immense bassin froid est destiné aux enfants. A côté, des emplacements de barbecue sont éparpillés à proximité des bassins. Drôle de mélange entre centre thermal, parc aquatique et zone de pic-nic. Nous trempouillons durant 3h, un vrai bonheur. Adieu les courbatures et les douleurs musculaires ! Juste avant notre sortie, nous tentons une descente en toboggan. L’eau est glaciale !

 

Nous dinons rapidement au restaurant puis nous démontons la tente. Nous traversons la ville de Mendoza et faisons le plein. Alors que la moto d’Adrien est garée sur la béquille latérale, un clac retentit et la moto penche de 20 centimètres supplémentaires. Adrien la rattrape de justesse. Diagnostic : la vis maintenant la béquille latérale vient de casser en deux…..encore un truc à réparer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Heureusement, Adrien peut tout de même parquer sa moto en utilisant la béquille centrale.

 

Nous repartons, suivons la Ruta 40 et atteignons en milieu d’après-midi le village d’El Nihuil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous logeons dans un camping dont les sanitaires sont dans un état abominable. Estelle ne tentera même pas d’entrer dans les sanitaires femmes tellement l’odeur est infecte. Nous sommes seuls dans le camping et la gérante du magasin attenant ne trouve pas les clés permettant l’accès au boiler d’eau. Adrien escalade la barrière, fait un feu sous le boiler et une heure après, nous nous douchons du côté homme…..

 

Le lendemain, nous faisons un détour pour parcourir la piste du canyon del Atuel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le paysage est superbe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous atteignons la ville de San Rafael puis nous suivons la route 40, rectiligne et monotone, pour atteindre Malargüe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En chemin, nous découvrons un champ de pétrole…. Des dizaines de puits et de pompes s’activent !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous déposons nos sacs étanches à l’Hostal Nord Patagonia puis nous remontons sur nos motos pour 25 km de piste. Nous arrivons au Castillos de Pincheira et faisons quelques photos depuis le bord de la route.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces formations rocheuses ressemblent effectivement à un château. Nous retournons à l’Hostal et passons une nuit plutôt bruyante. Nous sommes samedi soir et notre chambre donne sur la rue.

 

Le 6 novembre, nous reprenons la route 40, toujours rectiligne et monotone. Nous bifurquons ensuite sur une piste et atteignons de splendides paysages.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La région est volcanique, le thermomètre atteint 30 degrés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous pique-niquons au milieu des pierres volcaniques noires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous reprenons ensuite la piste, puis nous atteignons une nouvelle route droite et ennuyeuse. Nous logeons à l’Hospedaje Lemus, dans la ville de Chos Malal. Le wifi est performant et nous nous installons dans le salon pour publier un carnet de route. Un bruit se fait entendre dans le couloir. C’est notre voisin de chambre, qui ronfle hyper fort. Il a laissé la porte de sa chambre ouverte et il n’est que 18h…. Plus tard, nous l’entendons se lever et se déplacer dans sa chambre. Après un passage pour aller chercher du matériel dans notre chambre, nous constatons qu’il a juste enlevé ses chaussures et s’est recouché tout habillé, la porte toujours grande ouverte. A 23h, nous décidons d’aller nous coucher et de fermer la porte de sa chambre pour réduire le bruit de ses ronflements. Arrivé devant sa porte, Estelle retiendra un fou rire et passera son chemin sans toucher à la porte : il est désormais cul nu, allongé sur le dos !! Adrien passera quelques minutes plus tard et fermera la porte, tout en se retenant d’éclater de rire : c’est officiel, ce mec est fin saoul ! Nous passerons malgré tout une nuit tranquille, les murs sont bien isolés !

 

Le lundi, nous quittons la ville et faisons un rapide arrêt photo : nous avons atteint le milieu de la Ruta 40 ! Encore environ 2'500 km avant la ville de Rio Gallegos et le kilomètre 0.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous suivons une route rectiligne. Nous gravissons ensuite un minuscule col à 1’600m et nous bifurquons sur une piste de terre 500 mètres avant la douane Chilienne. Le paysage change radicalement : fini les mornes étendues plates et désertiques, voilà de petites montagnes et des forêts !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Génial, nous voilà dans la région des Lacs ! Le décor change et cela n’est pas pour nous déplaire : forêts épaisses, lacs magnifiques et montagnes enneigées ! La Suisse, en beaucoup plus sauvage !

 

Nous redescendons au milieu d’une forêt de pins et atteignons les rives du lac Aluminé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous trouvons un camping, mais la présence d’un car rempli d’adolescents ne nous enchante pas. Nous continuons à suivre les rives du lac, les campings sont tous fermés. On nous indique la présence d’un autre camping ouvert, à 15 km. Nous suivons les indications et sommes stoppés par un barrage routier….. qui s’avère être la douane Chilienne…. Le camping indiqué est au Chili ! Nous ne voulons pas passer la frontière et faisons demi-tour. Dépités, nous retournons au premier camping, Don Cirrilo. Les adolescents dorment en dortoir, nous aurons donc la paix. Seul ombre au tableau, le prix de la nuit, fixé à 10 CHF par personne ! Exorbitant pour l’Argentine ! Nous n’avons cependant pas le choix, la saison débute début décembre et aucun autre camping n’est ouvert. Nous dénichons un superbe emplacement au bord du lac, au milieu de pins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adrien prépare un feu et nous nous amusons à jeter des pives et des aiguilles sèches dedans ! Fumée et crépitements garantis !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous amusons comme des gamins et passons une nuit très tranquille, bercée par le bruit des vagues sur la rive.

 

Le lendemain, nous prenons la route menant au Chili et bifurquons juste avant la douane pour emprunter une piste terreuse. Nous longeons le lac Moquehue puis le Norquinco.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous traversons la ville d’Aluminé puis nous suivons une nouvelle piste jusqu’au lac Quillén.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivés sur place, c’est la déception : le camping est fermé, un vieil arbre est tombé sur des enfants l’année passée et les emplacements de camping ne pourront ré-ouvrir que lorsque tous les vieux arbres auront été abattu. Nous reprenons donc la piste en sens inverse et rejoignons la ville de Junin de Los Andes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous trouvons une chambre à l’Hostal Tromen. Adrien répare sa béquille latérale et remplace la vis cassée.

 

Le 9 novembre, nous suivons la route 40 jusqu’à San Martin de Los Andes. C’est ici que débute la Ruta de Los Siete Lagos (route des 7 lacs), qui mène à Villa La Angostura.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au milieu de superbes forêts, nous longeons les lacs Lácar, Machónico, Villarrino, Falkner et Escondido.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous quittons ensuite la route et prenons une piste sublime au sein d’une épaisse forêt. Nous atteignons les rives du superbe Lago Traful

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et nous poursuivons jusqu’au village de Villa Traful. Nous faisons ensuite demi-tour et pique-niquons au bord du lac, sur une magnifique plage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vue est splendide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous retournons ensuite sur la Ruta De Los Siete Lagos et atteignons le lac Correntoso.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après 20 km supplémentaires, nous atteignons le dernier lac, le Nahuel Huapi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous logeons à Villa la Angostura, à l’Hostel Don Pilon.

 

Le lendemain, le soleil n’est pas au rendez-vous. Nous trainons un peu puis nous prenons une moto pour parcourir les 80 km nous séparant de Bariloche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous longeons le lac Nahuel Huapi puis nous sommes arrêté à un contrôle policier. Comme souvent en Argentine, il faut présenter nos passeports. Le policier enregistre également notre numéro de plaque et nos dates de naissance, puis nous repartons. Nous nous parquons à proximité du centre-ville et partons nous balader dans les rues.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un vent glacial souffle, nous nous réfugions rapidement dans un restaurant et dégustons un énorme steak argentin ! Miam ! Nous profitons également de notre passage en ville pour échanger nos dollars US en pesos. Nous remontons ensuite en selle et suivons une piste étroite pour atteindre le village de Colonia Suiza. Fondé par des Suisses (d’où son nom), il est logé au sein d’une belle forêt. Nous suivons la rue Lucerna, bifurquons sur la rue Zürich, passons devant un restaurant (où un petit malin a réussi à glisser un drapeau de Saxon au milieu de l’éventail des cantons Suisses)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

puis nous repartons par la rue Saxon….. Décidément, il y a par ici un valaisan bien implanté !

 

Nous passons ensuite par la très chic ville de Llao Llao et retournons à notre Hostel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les 80 km du retour se feront avec un vent très violent qui nous pousse latéralement et nous fait zigzaguer dangereusement !

 

Le vendredi, le soleil est de retour ! Nous partons à 9h50 pour une longue marche au sein du parc national Los Arrayanes. Nous traversons la ville sur près de 3 km pour atteindre le bord du lac. Nous achetons deux billets pour le bateau du retour (départ à 16h), payons l’entrée au Parc National et traversons la presqu’île pour atteindre le début du sentier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une montée raide nous mène au point de vue de la Bahia Mansa.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous rebroussons chemin et rejoignons le second mirador, le Brazo Norte. La vue est sublime !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous retournons sur le sentier principal et continuons notre marche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous faisons un long arrêt pique-nique puis nous repartons. Les panneaux indiquant la distance parcourue nous inquiètent. En 2h, nous n’avons parcouru que 3 km….. Ils nous en reste 9 et 3h avant le départ du bateau.  Nous accélérons le pas et réduisons les arrêts photos.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après 5 km, Adrien vérifie notre avancée avec l’application Maps.Me. Cela ne correspond absolument pas aux panneaux bordant le chemin. Selon l’application, nous sommes déjà au km 7….. bizarre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous continuons et remarquons que les distances entre chaque panneau varient, alors qu’ils sont censés être plantés tous les 500m. Nous vérifions désormais notre avancée grâce à l’application. Si tout va bien, nous devrions arriver au bout de l’île à 15h. Au km 10, nous faisons un détour pour découvrir la Laguna Patagua.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un lac au milieu d’une île, étrange !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous rejoignons le sentier principal et constatons que désormais les panneaux sont beaucoup pus rapproché. Il s’avère qu’ils sont plantés n’importe comment. La distance de 500 m au début de parcourir correspond quasiment à un kilomètres et en fin de parcourir, les panneaux 500m sont plantés tous les 300 mètres ! Du gros n’importe quoi !

 

Nous atteignons le port à 15h10 !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous continuons notre visite sur les passerelles aménagées au sein d’une forêt d’Arrayanes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces arbres sont protégés et poussent très lentement. Certains ont près de 650 ans !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous suivons les 800 mètres de passerelles et terminons la boucle au port ! Ouffffff….. nos jambes sont déjà courbaturées !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous embarquons à bord du Patagonia Argentina et profitons de la vue superbe sur les rives de l’île.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après moins d’une heure, nous sommes de retour à l’entrée du parc national.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les 3 km du retour jusqu’à l’Hostel se feront dans la douleur !! Aïe nos cuisses, aïe nos mollets, aïe nos pieds !

Total de la journée : 20 km de marche !

 

Après une douche bien méritée, nous recevons un message d’Erin et Aaron (les cyclistes américains rencontrés au Paraguay). Ils arrivent ! Nous sommes en contact depuis plusieurs jours et avons découvert qu’ils ont changé de plan ! Après avoir enduré deux cyclones consécutifs au Brésil et en Uruguay, ils ont décidé de continuer leur périple en Patagonie. Ils ont pris un bus depuis Buenos Aires et sont arrivés à Bariloche avant-hier ! Ils ont parcouru  aujourd’hui les 80 km nous séparant !

 

Nous les retrouvons devant notre Hostel ! Grand moment de joie, nous ne pensions pas nous revoir après nos adieux à Iguaçu ! Après un passage au supermarché, nous cuisinons ensemble à l’Hostel et passons une soirée géniale !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons tellement d’anecdotes et d’aventures à nous raconter ! Nous nous quittons à minuit !

 

Demain, ils rejoindront la frontière chilienne et descendront la Carretera Australe. Ils traverseront ensuite à nouveau la frontière et termineront leur périple avec une partie de leur famille, à visiter la Terre de Feu en voiture !

 

De notre côté, nous remonterons demain sur nos motos et continuerons notre descente en suivant la Ruta 40.

gallery/img_6162 (copier)
gallery/img_6184 (copier)
gallery/img_6176 (copier)
gallery/img_6195 (copier)
gallery/img_6192 (copier)
gallery/img_6196 (copier)
gallery/img_6204 (copier)
gallery/img_6211 (copier)
gallery/img_6224 (copier)
gallery/img_6229 (copier)
gallery/img_6235 (copier)
gallery/img_6231 (copier)
gallery/img_6248 (copier)
gallery/img_6243 (copier)
gallery/img_6270 (copier)
gallery/img_20161106_134203 (copier)
gallery/img_6280 (copier)
gallery/img_6289 (copier)
gallery/img_6290 (copier)
gallery/img_6302 (copier)
gallery/img_6309 (copier)
gallery/img_6312 (copier)
gallery/img_6311 (copier)
gallery/img_6318 (copier)
gallery/img_6322 (copier)
gallery/img_6326 (copier)
gallery/img_6350 (copier)
gallery/img_6348 (copier)
gallery/img_6358 (copier)
gallery/img_6364 (copier)
gallery/img_6384 (copier)
gallery/img_6374 (copier)
gallery/img_6366 (copier)
gallery/img_6393 (copier)
gallery/img_6396 (copier)
gallery/img_6388 (copier)
gallery/img_6417 (copier)
gallery/img_6402 (copier)
gallery/img_6424 (copier)
gallery/img_6428 (copier)
gallery/img_6441 (copier)
gallery/img_6437 (copier)
gallery/img_6432 (copier)
gallery/img_6450 (copier)
gallery/img_6448 (copier)
gallery/img_6452 (copier)
gallery/img_6456 (copier)
gallery/img_6460 (copier)
gallery/img_20161111_104253 (copier)
gallery/img_6478 (copier)
gallery/img_6489 (copier)
gallery/img_6482 (copier)
gallery/img_6528 (copier)
gallery/img_6512 (copier)
gallery/img_6514 (copier)
gallery/img_6536 (copier)
gallery/img_6533 (copier)
gallery/img_6537 (copier)
gallery/img_6549 (copier)
gallery/img_6542 (copier)
gallery/img_6563 (copier)
gallery/img_6571 (copier)
gallery/img_6560 (copier)
gallery/img_6599 (copier)
gallery/img_6581 (copier)
gallery/img_6588 (copier)
gallery/img_6592 (copier)
gallery/img_6583 (copier)
gallery/img_6593 (copier)
gallery/img_6614 (copier)
gallery/img_6628 (copier)
gallery/img_6655 (copier)
gallery/received_10102381846522477 (copier)
gallery/map